Le défaut d’information de l’acquéreur des actions d’une société sur une rupture de contrat avec un fournisseur de la société est-il dolosif et, par conséquent, peut-il donner lieu à réparation ?